Merci (face B)

Titre présent sur l’album « Il est en vie »

État d’avancement

Paroles : 100%
Composition : 25%
Enregistrement : 0%
Postproduction : 0%
Chanson terminée à 31%

Impatient d’écouter cette chanson ?

Faites-le moi savoir !
Je prioriserai l’avancement suivant les demandes.

    Me suivre sur les réseaux sociaux

    Paroles

    Voyage dans la voie lactée
    Où la lumière se dévoile
    J’y respire la clarté
    Au beau milieu des étoiles

    Cosmos où la liberté
    Assomptive peut se révéler
    Jusqu’au cœur de l’esprit
    Jusqu’à l’esprit du cœur

    D’ailleurs
    Il faut qu’on parle
    De vous à moi, de toi à moi
    Se dessine l’élan vital
    Par l’abduction picturale

    Et la transe, fusion d’énergie
    En liaison plus qu’alcaline
    Ça ne fait pas de nous des héroïnes
    Sauf celles de notre propre vie

    À pas de velours, toi belle étoile
    Tu veilles sur ma vie
    Amie fidèle je te remercie
    De ne pas mettre les voiles

    Je suis têtue et bornée de rêveries
    Tu vois la vie ne m’apprend rien
    Tout juste à suivre mon chemin
    Merci beaucoup, merci, merci bien

    Je l’avoue, je confesse
    J’ai l’autoroute du cœur
    Le boulevard des maladresses
    Et le carrefour des erreurs

    Je sais que les mots me trompent
    L’évènement à communiquer
    Les silences immobiles rompent
    Mes artères et mes pensées

    À pas de velours, toi belle étoile
    Tu veilles sur ma vie
    Amie fidèle je te remercie
    De ne pas mettre les voiles

    Je suis têtue et bornée de rêveries
    Tu vois la vie ne m’apprend rien
    Tout juste à suivre mon chemin
    Merci beaucoup, merci, merci bien

    À l’aube du déclin
    De notre civilisation
    Je choisis mes chemins
    Et mes tribulations

    Dans mes pieds et dans ma tête
    J’ai d’la joie sans adjuvant
    Et des cadences parfaites
    Pour parfaire le temps
    L’histoire du temps
    Futur passé présent

    Si dans le temps j’n’avais pas le temps, sans viatique, je montais pantelante la pente lentement, je m’accrochais avec engouement, désormais sûre des aires diplomatiques, toujours alerte, du tac au tic, je bande mon arc, tu me fais naviguer, tel un cornac, dans mon vécu sans filtre et m’exaltes par ton ivraie qui me mets sous tension comme une corde sous une rude pression, questionnant ma mansuétude et j’en garde l’équilibre, je ne me soumets pas, je suis libre, en contact avec toi, on est en phase et ça me touche, l’effet boomerang des fleurs, dépassant l’instant farouche, je t’effleure, de la colophane de mes crins, de l’empennage de mon trait, du dos de mes phalanges, du creux de mon philtrum et sans te retenir, inutile de te fuir comme un maelström, tu m’attires, tel un musc charnel, je te suis, fidèle sans être l’ombre de ton chien, je tire le fil des paradoxes, et avance à l’équinoxe martien, l’horloge avec recul, ton soleil me réchauffe mais ne me brûle, il m’indique simplement la voie lactée, sans décimer la canopée, l’herbe qui dépasse, ni les fourmis éreintées, et l’humus aéré de l’arable, jusqu’au sable éparpillé de ta clepsydre, cette dune cosmique, ce désert de silice, cette éclipse magmatique, ressenti dans l’ombre, de mes fosses iliaques, de ma mémoire atavique, vers un miel syncrétique, un signal au son badin, à la pulsion graphique, tel un refrain, tu reviens, cyclique, usitant la maïeutique et c’est le chargement, grâce à toi je ne rame, je connais ma position, l’amer au fin fond de mon âme, l’élan sans transitions apparentes, surfant sur des nervures comme « zappantes », infinies et concomitantes, à la somme des arêtes aux enrichissantes valeurs, tes épithètes de formes, montrent l’heure intégrale, l’astrolabe en fractales, l’espace sidéral jusqu’à mon cœur, intègre et affranchi de la peur, ma part de dignité, celle dont parfois, et ça me sidère, l’humanité se sépare, comme un coma peut disloquer la conscience, une virgule donner un nombre décimal, un œil s’aveugler d’une substance lacrymale, ça tourne en incohérence, et l’engrenage a du mal à faire sa révolution, proche de la conflagration, dans les effluves de crémation, vivant une mortifère torpeur, on se sent seul, comme le chat de Schrödinger, emballé dans un linceul, en attente d’érythrocyte, désaxé de notre orbite, le train sans frein contraint de vite courber le rail des coutumes, parfois vêtu d’un costume de clown néophyte jonglant le vocabulaire réticulaire, nouvelle animation structurelle et circulaire, dont la naissance vibre et sonne, l’albédo d’un trou noir, la chimie de carbone, l’énergie d’un quasar, l’art organique, mouvement bio-mélodique, dès lors qu’il indique un décalage périodique, s’attire des houles de commentaires et remet en question l’écosystème élémentaire.