Absorber

Titre présent sur l’album « Il est temps-espace »

État d’avancement

Paroles : 100%
Composition : 100%
Enregistrement : 25%
Postproduction : 0%
Chanson terminée à 56%

Impatient d’écouter cette chanson ?

Faites-le moi savoir !
Je prioriserai l’avancement suivant les demandes.

    Me suivre sur les réseaux sociaux

    Paroles

    Les zones de mon corps deviennent des ingrédients
    Des parts de photons
    En besoin d’intrication
    Tu sonnes
    Et résonnes dans mon cerveau
    Becte-moi à ta faim
    Je t’ai dans la peau

    Quand j’écoute mon cœur
    C’est le battement du tien
    Que retient mon humeur
    Quand j’écoute ton cœur
    Je n’entends plus le mien
    Caché derrière sa pudeur

    Tu me consommes peu à peu, à petit feu, brûle mon énergie
    Devant le miroir de l’oubli, je me souris, pour aller mieux

    Hors sujet si peur, d’avoir tout faux
    De ne pas faire les bons choix
    De m’effacer sous tes maux
    Hors sujet si peur, de ne pas être à la hauteur
    Quand la force de mes entrailles
    Vient absorber ta douleur
    HS SOS, absorber, absorber

    Quand bien même je n’ai pas grand chose
    Je te donne mon dos
    Sur lequel tu te reposes
    Ma main est là
    Pour te tirer vers le haut
    Mon sourire te soutient
    Mon âme vient servir ta cause

    Mon écho s’époumone
    Plus rien ne résonne
    Même les lauriers sont au bord du trépas
    Un déni lumineux
    Assombrit mes yeux
    La voie des illusions se trouve sous mes pas

    Je me consume peu à peu, à petit feu, comme une bougie
    Devant le miroir de l’oubli, je me souris, pour aller mieux

    Hors sujet si peur, d’avoir tout faux
    De ne pas faire les bons choix
    De m’effacer sous tes mots
    Hors sujet si peur, de ne pas être à la hauteur
    Quand la force de mes entrailles
    Vient absorber ta douleur
    HS SOS, absorber, absorber

    Malgré mes peurs, je veux croire au bonheur
    J’encaisse les coups
    Le mieux est devant nous
    Malgré mes pleurs, je pardonne tes erreurs
    Je tiens debout, pour absorber ta douleur

    Grâce à mes peurs, courage au cœur
    Je fuis les coups
    Je rejoins les deux bouts
    Grâce à mes pleurs, des rivières de fleurs
    Sauvent la sève de ma vie intérieure, absorbée